Retour saison 5
 
Version paginée...
 

 
Amalgames
 
Ecrit par : Kathy Rose
Traduit par : Laurent
V.O. publiée le 10 février 2006
V.F. publiée le 24 novembre 2006
 
            Amalgames
 
La porte du bureau du Capitaine Jonathan Archer restait fermée. Alors que l'Enseigne Hoshi Sato se retournait vers sa console après l'avoir regardée pour au moins la dixième fois, elle saisit le regard de l'Enseigne Travis Mayweather qui la fixait curieusement depuis le poste de pilotage.
"Cela fait une demi-heure qu'il est là-dedans", fit Mayweather juste assez fort pour que son oreille sensible l'entende. "Est-ce qu'il parle toujours à l'amiral?"
Un regard rapide à sa console de communications lui confirma que le canal était en effet ouvert et actif. Elle hocha la tête.
"Cela doit être important", supposa Mayweather.
"Sans doute", répondit-elle d'une voix assez forte pour que Mayweather l'entende.
Quelqu'un d'autre avait également entendu leur conversation. "Je suis sûr que le capitaine nous informera de sa conversation 'privée' avec l'amiral, quand, et si, c'est nécessaire", fit le Lieutenant Malcolm Reed, regardant tour à tour les deux enseignes avec une pointe de réprimande dans le regard et dans la voix.
La désapprobation de Reed envers les officiers subalternes ne découragea pas Mayweather. "Est-ce que vous n'êtes pas curieux du sujet de l'appel de l'amiral?"
La voix du capitaine les fit tous trois sursauter.
"Vous le découvrirez dans quelques minutes", fit Archer en pénétrant sur la passerelle. "Je convoque tout le personnel principal dans dix minutes. Hoshi, dites à T'Pol et à Tucker de monter ici."
 
********
 
"Plusieurs vaisseaux ont été attaqués dans ce secteur", fit Archer en indiquant une partie de la carte affichée sur la table tactique autour de laquelle ses officiers supérieurs s'étaient réunis. "Selon Starfleet, les cibles ne sont pas uniquement les vaisseaux immatriculés sur Terre. Des vaisseaux Vulcains, Andoriens et d'autres ont été harcelés, endommagés voire détruits. Les attaques ont notamment eu lieu sur un couloir spatial... "Il indiqua une ligne brillante sur la carte. "Une route qui contourne le bord extérieur de cette nébuleuse. La plupart des vaisseaux attaqués étaient des cargos, légèrement armés quand ils l'étaient, et incapable de résister. Il y a eu des pertes considérables en vies."
"Des pirates?" demanda Reed qui se frottait le menton tout en étudiant le schéma. "Une nébuleuse ferait une bonne cachette d'où lancer des attaques."
Archer secoua la tête. "Starfleet ne le pense pas. Bien que les vaisseaux aient été endommagés ou détruits, rien ne semble avoir été pris."
"Une dispute territoriale, alors?" proposa le commandant T'Pol. "Les attaques pourraient être un avertissement pour dissuader du passage, ou une action punitive contre des intrus."
"Pour ce que nous en savons, ce secteur de l'espace n'est réclamé par aucune race connue", répondit Archer. "Il n'y a rien d'intéressant ici."
Mayweather prit la parole. "Nous avons l'habitude d'appeler de tels endroits les 'autoroutes'. Il n'y a rien à voir, rien d'autre à faire que d'utiliser le passage vers ailleurs."
"Alors", fit le Commandant Trip Tucker, "s'il n'y a rien à voir là-dedans et que rien n'a été volé, quel est le but des attaques?"
"C'est ce que Starfleet veut que nous découvrions", répondit Archer. Il se tourna vers Mayweather. "Travis, programmez une trajectoire vers la nébuleuse."
Les officiers rejoignirent leurs stations, à part T'Pol. "Starfleet a-t-il donné des ordres au cas où nous rencontrerions les attaquants?"
"Découvrir qui ils sont et les arrêter si possible", lui répondit Archer en la regardant dans les yeux. Avec un sourire triste, il ajouta, "Starfleet n'a pas donné de détail sur la façon d'y parvenir, mis à part éviter de causer un incident interstellaire."
Il fallut deux jours à l'Entreprise pour atteindre la destination où il commencerait à patrouiller dans le couloir spatial. Bien que leur but principal fut de rechercher les responsables des attaques, Archer savait aussi que la présence du vaisseau de Starfleet pourrait être une force de dissuasion contre d'autres attaques. C'était une situation nécessaire mais frustrante, ils ne voulaient pas d'autres pertes en vies, mais ne pas capturer les attaquants ne résoudrait jamais la situation.
Pendant le voyage aller, Archer fit quelques recherches dans la base de données Vulcaine ainsi que dans les sources d'information des autres espèces alliées qui avaient ouvert leurs données depuis l'inauguration de la Base Stellaire Une. Ce qu'il trouva confirmait ce que Starfleet lui avait dit. Il n'y avait aucune ressource connue dans le secteur. Le coin était isolé et désert. Il n'y avait même pas de planètes particulièrement attirantes à coloniser. Personne n'était intéressé par la revendication du secteur. Et pourtant ces attaques avaient lieu.
L'image du vaisseau Romulien apparaissant de nulle part à la fin de la récente mission de médiation de l'Entreprise entre les Cytunons et les Deallans revint à l'esprit d'Archer. Une transmission de ce vaisseau avait averti que l'Empire stellaire Romulien ne tolérerait pas de visées expansionnistes. Les Romuliens percevaient visiblement les pourparlers et les accords politiques comme une menace.
Mais attaquer des vaisseaux désarmés de races diverses? Qu'auraient à y gagner les Romuliens? Ce couloir spatial particulier était utilisé depuis de nombreuses décennies, et ce n'était que récemment que les attaques avaient commencé.
Il se demandait toujours ce qui avait provoqué les attaques quand Sato l'appela dans son bureau.
"Monsieur, nous détectons un croiseur Andorien en trajectoire d'interception", l'informa-t-elle.
"J'arrive dans quelques instants."
Il jeta un coup d'oeil par la fenêtre avant de se diriger vers la passerelle. Il n'était pas sûr de savoir si la tâche de l'Entreprise serait facilitée ou non par l'arrivée d'un vaisseau Andorien, mais il était certain qu'il allait le découvrir dans les minutes à venir.
Pendant qu'Archer entrait sur la passerelle pour se diriger vers son fauteuil de commandement, Reed lui fit une remarque. "Ce navire est armé jusqu'aux dents."
"Ce sont des Andoriens", répondit Archer en s'asseyant.
"Ils se placent sur une trajectoire parallèle et calquent leur vitesse sur la nôtre", compléta Reed.
De l'autre côté de la passerelle, Sato prit la parole. "Nous sommes salués par le Jhamel."
Le nom lui rappelait quelque chose, mais Archer n'arrivait pas à se souvenir exactement quoi. Après quelques secondes, un sourire éclaira son visage. "Shran doit avoir un nouveau vaisseau. Passez-le."
L'image de l'écran avant de la passerelle avec son classique champ d'étoiles se mua en un gros plan de la tête à antennes de Shran.
"Capitaine Archer!" fit l'étranger à peau bleue avec enthousiasme. "C'est bon de vous revoir."
"Commandant", répondit Archer. "Que pouvons-nous faire pour vous?"
Une expression rusée s'afficha sur le visage de Shran. "Ce serait plutôt ce que nous pouvons faire pour vous. Nous sommes ici pour vous aider à découvrir la raison des mystérieuses attaques qui ont lieu dans ce secteur." Le visage de l'Andorien s'obscurcit brusquement en une expression qu'Archer connaissait bien. "Vous n'êtes pas les seuls à avoir subi des pertes par ici."
Archer se leva et s'approcha de l'écran. "Pourquoi ne viendriez-vous pas à bord, nous discuterons de la situation autour d'un dîner?"
"C'est exactement ce que j'allais vous suggérer", répondit Shran, dont les antennes fléchirent en signe d'approbation.
 
********
 
Archer et T'Pol attendaient dans la salle à manger du capitaine quand Shran arriva. Par le passé, l'Andorien n'avait fait aucun effort pour cacher son dédain des Vulcains, ou même de tout autre espèce. Mais Archer appréciait les conseils de T'Pol et elle avait souvent des idées auxquelles il n'aurait pas pensé. Au moins, la présence de son premier officier pourrait pousser Shran à révéler quelques informations qu'il n'aurait pas divulguées autrement.
"Vraiment, Archer", fit Shran en regardant derrière lui par dessus son épaule, vers son escorte. Les deux officiers chargés de la sécurité à bord de l'Entreprise s'étaient arrêtés brusquement devant l'entrée de la salle à manger privée. "Je suis suffisamment venu sur votre vaisseau pour connaître mon chemin. Je penserais presque que vous n'avez pas confiance en moi."
En s'approchant pour saluer son invité, Archer s'assura qu'il affichait un large sourire. "Bien sûr que j'ai confiance en vous, Shran. Pensez à eux comme une simple garde d'honneur."
Shran le regarda fixement pendant un long moment, avant d'éclater de rire. "Oh, Archer! J'ai dû manqué quelques séances de négociations en votre compagnie." Il tourna la tête vers l'autre personne de la pièce. "Commandant T'Pol. Vous avez bonne mine."
T'Pol inclina la tête, mais pas avant qu'Archer n'ait le temps de surprendre le flash de surprise dans ses yeux devant la politesse inattendue de l'Andorien. "Je pourrais dire la même chose de vous, Commandant", répondit-elle.
Archer indiqua une chaise de la main à Shran, et tous trois s'assirent. Archer déboucha une bouteille de vin rouge et remplit trois verres.
"Alors", fit l'Andorien en se penchant en arrière sur sa chaise, son verre de vin dans la main. "Avez-vous déjà trouvé l'un de ces maraudeurs?"
Archer fronça les sourcils devant la remarque directe de Shran. "Non, nous n'avons encore rien trouvé."
Shran absorba une petite gorgée de son verre, en appréciant le liquide. "C'est très bon."
"Je veillerai à ce que vous repartiez avec une ou deux bouteilles à bord de votre vaisseau."
"Ce sera avec grand plaisir", murmura Shran. "Mais revenons à nos affaires. Le gouvernement Andorien est très inquiet des attaques dans cette région. Nous avons perdu un certain nombre de cargos, et même un paquebot de grande ligne avec ses passagers, ces derniers mois."
"Alors il vous a envoyé pour enquêter", dit Archer.
Shran hocha la tête. "Comme vous le savez, il n'y a pas que les vaisseaux Andoriens qui sont attaqués. De tous les commandants de la Garde Impériale, je suis celui qui a le plus d'expérience avec les autres espèces. J'étais le choix parfait pour cette nomination. Mais je ne suis pas le seul."
"D'autres vaisseaux Andoriens vont venir?" demanda T'Pol.
Shran lui jeta un coup d'oeil irrité. "Vous me comprenez mal. Je veux dire que les Andoriens ne sont pas les seuls à enquêter sur cette affaire. Visiblement, la Terre est concernée, ou bien Starfleet ne vous aurait pas envoyé ici." Il marqua une pause pour ménager son effet. "Il y a au moins un vaisseau Vulcain en route pour ici à l'heure où nous parlons."
"Les Vulcains?" fit Archer. "Nous n'étions pas informés de cela." Il adressa un regard noir à T'Pol, mais garda ses pensées pour lui tandis que Shran, sans se soucier de cet aparté, continuait à parler.
"Mon gouvernement n'a pas informé votre gouvernement de l'enquête menée par le Jhamel, n'est-ce pas? Par ailleurs, est-ce que Starfleet a cru nécessaire d'informer Andoria ou Vulcain que vous étiez ici? Je n'en ai pas l'impression. Il semble qu'il y ait encore du travail à faire pour le partage d'informations de ce type. Ce qui importe, c'est que nous tous, Andoriens, Vulcains, Humains, nous inquiétions des récentes attaques non expliquées contre les navires qui traversent ce secteur de l'espace. Il semble n'y avoir rien à gagner dans de telles attaques, sauf une hostilité et peut-être la vengeance de ceux qui sont attaqués."
"C'est également notre conclusion", fit T'Pol.
Shran inclina la tête en guise d'accord, mais son regard fixe resta concentré sur Archer. "Un Andorien, un Vulcain et un Humain d'accord sans même une pointe de désaccord? C'est en effet un événement historique", fit-il avec une pointe de son vieux sarcasme. "Mais cela montre bien le besoin de changement, particulièrement si l'on considère les événements de l'année dernière."
Archer se pencha en avant. "Que voulez-vous dire, Shran?" demanda-t-il, jouant l'ignorance alors qu'il avait une idée de ce que Shran voulait dire. Il avait juste besoin de l'entendre de Shran lui-même.
Shran reposa son verre de vin. "Nous devons surmonter nos préjugés et travailler ensemble", répondit ce dernier.
Archer fut à deux doigts de rire. "Je ne cesse de vous le répéter depuis la première fois que nous nous sommes rencontrés", lui dit-il, fièrement.
"Ce n'est que récemment qu'Andoria a souhaité travailler avec d'autres", se défendit Shran.
"Pourquoi?" intervint T'Pol.
"Nous avons besoin les uns des autres", répondit-il simplement. "L'espace est immense et les alliés sont peu nombreux. Les événements récents ont prouvé que nous devions nous entraider. Sans cela, nous n'aurions jamais vaincu les Romuliens quand ils ont essayé de faire échouer le traité de paix entre mon peuple et les Tellarites. Sans cela, nous serions en état de guerre comme nous l'étions auparavant."
"Uniquement avec les Tellarites?" demanda Archer, le visage strictement droit.
"Nous avons toujours été capables de travailler avec les Humains", répondit Shran à contrecoeur. Il se tourna vers T'Pol. "Et nous avons appris que travailler ensemble est souvent plus avantageux que de combattre, ainsi nous nous sommes ouverts aux Vulcains. La Base Stellaire Une devrait être la preuve de cela."
Shran finit son vin d'un trait et reposa le verre avec un bruit sourd sur la table. "Cela ne signifie pas que nous ne nous battrons pas si cela s'avère nécessaire", conclut-il cyniquement.
 
********
 
Peu de temps après la fin du repas, T'Pol s'excusa afin d'entrer en contact avec le premier officier de Shran, pour commencer à travailler sur le programme commun de patrouille des deux vaisseaux. Shran s'attarda, partageant un autre verre de vin avec Archer pendant que le serveur débarrassait la table.
"Avez-vous toujours eu confiance en elle?" demanda Shran à propos de T'Pol, celle-ci partie.
Archer regarda Shran par-dessus la courbure de son verre. "Non", répondit-il franchement. "Pas au début. Mais nous avons travaillé ensemble suffisamment longtemps et je connais désormais bien T'Pol. Je lui confierai ma vie."
"Je suppose", réfléchit Shran à haute voix, "que tout repose sur la confiance. Quelle espèce n'y serait pas sensible."
Archer regarda de côté son ancien adversaire. Il n'avait jamais entendu Shran converser comme cela auparavant. Oui, Shran était maintenant son allié, mais s'il pouvait peut-être désormais considérer Shran comme un ami, il ne l'avait pas encore fait. Cependant, l'Andorien était assis à sa table, partageant du vin avec lui à parler de confiance.
"C'est plutôt philosophique de votre part, n'est-ce pas?" demanda Archer.
"Nous devenons vieux, Archer", déclara Shran avec un soupir théâtral. "Quand cela arrive, vous commencez à penser que vous pourriez avoir fait des choses différemment. Beaucoup de glace a été extraite à l'Ushaan depuis que j'ai rejoint la Garde Impériale."
Il fallut un moment à Archer pour se rendre compte que Shran utilisait ce qui devait être une expression décrivant l'outil des mineurs Andoriens. Mais cela lui rappela aussi quelque chose d'autre. "En parlant d'Ushaan", ne put-il s'empêcher de dire, "comment va votre antenne?"
Les yeux de Shran se rétrécirent. "Elle a repoussé sans problème. Merci de vous en inquiéter", fit-il sans s'énerver.
"J'aurais pu ne pas m'arrêter à une antenne, vous savez", renchérit Archer.
Shran renifla d'un ton moqueur et but une nouvelle gorgée de vin. Archer décida de changer de sujet. "J'ai remarqué que vous aviez un nouveau vaisseau. Le Jhamel, n'est-ce pas?"
Shran toisa Archer d'un regard fixe. "Oui, le Jhamel."
"Ce n'était pas le nom de...?"
"Oui", répondit Shran en se détendant. "C'est le nom de la jeune et courageuse Aenar qui a risqué sa vie pour nous sauver tous. En qualité de Commandant, j'ai le droit de nommer mon vaisseau. Je l'ai fait pour l'honorer."
"Comment va-t-elle?" demanda Archer en se désintéressant du vaisseau.
Shran regarda au loin pendant un instant avant de reporter son attention sur Archer. "Disons juste qu'un jour le nom de mon vaisseau pourrait aussi être le nom de ma compagne."
Avant qu'Archer ne put répondre, le panneau de communication de la salle bipa. Pivotant sur sa chaise, Archer se pencha en arrière et appuya sur le bouton du panneau. "Ici Archer ", fit-il.
"Nous recevons un appel de détresse d'un cargo Kreetassien. Il subit une attaque", fit la voix de T'Pol.
"Je viens sur la passerelle", répondit Archer. Avec un regard vers son invité qui avait bondi sur ses pieds à l'annonce de T'Pol, il ajouta, "informez le Jhamel que le Commandant Shran revient immédiatement."
Archer coupa la connexion et se retourna vers la porte où Shran l'attendait déjà.
"C'est l'occasion parfaite de venger ceux qui ont été tués par ces lâches", fit l'Andorien avec hargne.
"Le sauvetage des gens à bord du cargo devrait être notre première priorité", répondit Archer tout en passant devant dans le couloir.
"Vous avez raison", fit Shran, Archer saisissant la pointe sous-jacente d'amusement dans sa voix. "Vous aidez le cargo. Je m'occupe de l'attaquant."
 
********
 
L'atmosphère était tendue sur la passerelle quand Archer s'assit dans son fauteuil de commandement. L'Entreprise et le Jhamel fonçaient vers le cargo assiégé, mais le nouveau vaisseau de Shran devançait le meilleur vaisseau de Starfleet.
"Combien de temps?" demanda Archer à T'Pol.
"Nous atteindrons le cargo dans douze minutes", répondit-elle depuis sa station scientifique. "Environ cinq minutes après le Jhamel."
"Appelez Shran," ordonna Archer.
Sato appuya sur quelques boutons de sa console et, tournant la tête vers Archer, lui fit signe qu'un canal était ouvert.
"Shran!" fit Archer. "Nous ne pouvons pas nous maintenir à votre vitesse."
"Faites du mieux que vous pouvez, Archer", répondit Shran sur un ton condescendant, irrité. "J'essayerai de vous garder quelques morceaux."
Les haut-parleurs crachèrent du bruit statique.
"Je suis désolé, Monsieur", fit Sato. "Il a coupé la communication."
Archer abattit son poing sur l'accoudoir de son fauteuil. Il connaissait les tendances de l'Andorien à l'insouciance, particulièrement quand il était irrité. Il espérait que Shran ne détruirait pas l'attaquant et les prive ainsi de toute indication sur son origine. Pendant que les minutes s'égrenaient, il se mit aussi à espérer que le vaisseau de Shran ne serait pas la dernière victime de l'attaquant.
T'Pol se redressa de son visualiseur. "Nous sommes maintenant à portée des détecteurs. Je détecte des signes de tirs à la position du cargo."
"Armes multiples", précisa Reed de sa place à la station tactique. "Un rayon d'énergie de phase, plus au moins une torpille de type inconnu. Aucune d'elles ne correspond aux signatures des armes Andoriennes."
"Shran n'est pas encore arrivé, malgré sa plus grande vitesse", en déduisit Archer en se levant pour se dépêcher de rejoindre le niveau supérieur de la passerelle pour regarder par-dessus l'épaule de Reed. Il scruta quelques instants l'écran. "Est-ce que quelque chose ne vous semble pas étrange dans cette attaque?"
Reed, qui détaillait aussi ce que son écran lui montrait, réfléchit un instant. "L'attaque semble vraiment surdimensionnée, utilisant plusieurs types d'armes. Un cargo désarmé n'est certainement pas si dur à mettre hors service ou à détruire. Quelques coups bien placés auraient fait le travail."
"Et il y a près de vingt minutes que nous avons reçu l'appel de détresse", rajouta Archer.
"C'est plus que suffisant pour le détruire", conclut Reed en levant les yeux vers Archer. "C'est un piège. Ils essayent d'attirer quelque chose de plus gros qu'un cargo."
Archer secoua la tête. "Je ne le pense pas. Il y a autre chose que nous ne savons pas."
"Capitaine!" appela Sato depuis l'autre côté de la passerelle. "Shran nous appelle. Ils ont engagé le combat contre l'attaquant."
Archer revint à son fauteuil. "Sait-il qui est l'inconnu?"
"C'est tout ce que j'ai obtenu avant que la transmission ne soit coupée", répondit Sato en continuant de jouer sur les commandes de sa console pour essayer de rétablir le contact. "Le Jhamel ne répond pas."
Sur le niveau supérieur derrière Archer, T'Pol se concentra de nouveau sur ce qu'elle voyait dans son scanner visuel. Elle ajusta une commande et se retourna vers le capitaine.
"Nous sommes assez proches pour saisir les détails de la bataille", fit-elle d'une voix monocorde. "Le navire de Shran a subi des dommages."
"Combien de temps avant que nous arrivions sur place?" demanda Archer à Mayweather assis au poste de pilotage.
"deux minutes."
"Aucun doute que les attaquants ne se rendent pas compte de notre arrivée imminente", fit T'Pol. "S'ils neutralisent le vaisseau de Shran, nous serons seul contre eux."
Archer s'assit. "Passez en alerte tactique."
Un peu moins de deux minutes plus tard, l'Entreprise sortit de distorsion et trouva le cargo détruit qui dérivait lentement dans l'espace. Un peu plus loin sur le côté, le Jhamel luttait vaillamment, les faisceaux bleus d'énergie sortant du vaisseau Andorien n'ayant aucun effet sur le vaisseau mystérieux.
"Visez leur armement et tirez", commanda Archer en s'apercevant de la coque foncée aux multiples ports d'arme et de l'aspect globalement intimidant de l'agresseur. Le vaisseau était à moitié aussi grand que l'Entreprise.
"Oui, Monsieur", répondit Reed, les doigts courrant sur son clavier.
Mais avant qu'il ne puisse faire feu, le vaisseau attaquant s'interrompit et s'enfuit à vitesse de distorsion.
Voyant le regard interrogateur d'Archer, T'Pol l'informa. "Il y a des signes de vie à bord du cargo Kreetassien, mais leur système environnemental est hors service."
"Au moins, je n'aurai pas à leur faire des excuses pour leur situation présente", murmura Archer, se rappelant le malentendu qui l'avait mené à porter des dreadlocks, à se peindre le corps et à utiliser une tronçonneuse lors d'un rituel. D'une voix plus forte, il se renseigna du sort de ses alliés. "Et pour le vaisseau de Shran?"
"Il a subi des dommages. Les réparations vont leur prendre un certain temps", répondit T'Pol.
Sato interrompit leur évaluation de la situation. "Shran nous appelle, Monsieur."
Archer se tourna pour faire face à l'écran, où la scène passa du champ de bataille à la passerelle du Jhamel. L'éclairage du pont Andorien était faible, mais Archer pouvait voir la fumée autour du gros plan du visage.
Shran fit encore un pas en avant, tenant son bras en écharpe contre son côté. Du sang bleu suintait légèrement de sa joue. "Qu'attendez-vous? Courrez leur après!"
"Vous n'avez pas besoin d'aide?" demanda Archer, déchiré entre la nécessité d'aider les vaisseaux hors de combat et le désir de pourchasser l'attaquant.
"Nous allons très bien", répondit Shran, mentant effrontément, trop fier pour admettre le contraire. "Notre propulsion est en panne pour l'instant, mais nos armes fonctionnent toujours. Nous ne sommes pas assez mal en point pour ne pas pouvoir aider les Kreetassiens."
Devant le silence d'Archer, Shran hurla. "Allez!"
"D'accord", déclara Archer. "Nous serons de retour dès que possible."
Il fit signe de couper la transmission et s'adressa à Mayweather à la barre. "Programmez une trajectoire de poursuite, Travis. Vitesse maximale disponible."
 
*******
 
L'Entreprise se déplaçait à une vitesse incroyable. Avec les dernières mises à niveau et les diverses améliorations que Tucker avait effectuées sur le moteur de distorsion, le vaisseau était à deux doigts de battre le record de vitesse pour un vaisseau Terrien.
Ils suivaient la même trajectoire que l'autre vaisseau. Rien ne s'enregistrait sur les sondes, l'attaquant avait trop d'avance sur eux, mais Archer espérait que le chef de ce vaisseau réagissait en croyant qu'il ne serait pas poursuivi.
Finalement, après plusieurs heures, T'Pol capta sa signature de distorsion. Quelques minutes plus tard, cependant, le vaisseau disparut des systèmes de repérage à longue portée de l'Entreprise.
"Les données sont conformes à l'utilisation de la technologie de camouflage", annonça T'Pol. "Ils ont dû détecter notre vaisseau."
Archer hésita, ajoutant cela aux autres indications. Il était de plus en plus convaincu que les Romuliens étaient les responsables de cette attaque. Il se demanda intérieurement s'ils devaient lancer une recherche dans l'espoir de récupérer la détection de l'autre vaisseau, ou s'ils ne pouvaient qu'abandonner et repartir à l'aide de Shran et du cargo.
L'Entreprise prit la décision pour lui.
"Capitaine!" fit Tucker, d'une voix inquiète dans l'intercom. "Nous allons devoir diminuer notre vitesse. Nous commençons à avoir des surcharges dans certains relais."
Ce vaisseau seul n'allait pas rattraper l'attaquant, conclut Archer à contrecoeur. Il était temps d'interrompre la poursuite.
"Redescendez en distorsion quatre, Travis", fit-il. "Retournons vers Shran et le cargo."
 
********
 
"Les données sont conformes à la technologie de camouflage des Romuliens", annonça T'Pol. "J'ai effectué des corrélations entre la disparition soudaine de l'attaquant et les incidents semblables près de la Base Stellaire Une, dans le champ de mines Romulien et lors de la rencontre que nous avons eue avec le vaisseau Romulien à la fin des négociations de Cytuno-Deall."
"Le vaisseau n'avait pas l'air Romulien", fit Archer, arpentant l'espace exigu de son bureau. "Il ne ressemblait pas au vaisseau qui ont perturbé les négociations de paix entre les Andoriens et les Tellarites, ni même aux vaisseaux qui nous ont chassés hors du champ de mines Romulien. Et il ne ressemblait définitivement pas au dernier que nous avons rencontré."
"Nous n'avons aucune idée des types de vaisseaux dont disposent les Romuliens", répondit T'Pol. "Le navire guidé par l'Aenar qui pouvait changer d'aspect pouvait n'avoir été qu'une expérience. Le vaisseau de la situation actuelle est peut-être aussi un prototype."
"Mais vous êtes certaine qu'il s'agit de leur technologie de camouflage?"
"Oui. Les données sont identiques."
Archer s'assit à son bureau. "Les Romuliens", murmura-t-il. "Nous savons qu'ils veulent perturber toutes les tentatives d'alliances entre les espèces de ce secteur. Mais pourquoi attaquent-ils les cargos désarmés?"
T'Pol resta muette, incapable de proposer une réponse.
"S'il est une chose que nous avons apprise de cette attaque", déclara Archer après un moment, "c'est que nous ne pouvons pas poursuivre l'attaquant s'il utilise son camouflage. Nous allons devoir proposer un plan pour l'attraper."
T'Pol leva un sourcil. "Je suis sûre que le commandant Shran aura quelques idées sur le sujet."
Archer sourit pour la première fois depuis qu'ils avaient reçu l'appel de détresse du cargo.
 
*******
 
Archer se pencha pour éviter de prendre sur la tête un panneau qui tombait de la cloison pendant qu'il marchait dans le Jhamel. Plutôt que de soustraire Shran aux réparations de son vaisseau, Archer avait demandé et obtenu la permission de monter à bord du croiseur Andorien. L'un des bras de Shran était en écharpe, blessure apparente de l'échauffourée entre son vaisseau et les Romuliens.
"Encore quatre heures et nous aurons remis nos moteurs en marche", annonça Shran à Archer en s'arrêtant devant quelques membres d'équipage en train de travailler à un panneau ouvert. "Pour le cargo Kreetassien, c'est une autre histoire."
"Nous avons inspecté leurs dommages quand nous sommes revenus", fit Archer pendant qu'ils reprenaient leur marche. "Il faudra des réparations lourdes pour que ce vaisseau retrouve de nouveau sa distorsion."
"C'est aussi notre avis. Nous avons restauré leur système environnemental, mais d'autres systèmes sont tellement endommagés qu'ils ne peuvent pas être réparés."
Ils avancèrent ensuite en silence, pensifs, jusqu'aux quartiers de Shran.
"J'ai transféré mes protocoles de commande ici", fit Shran tandis qu'ils entraient. "Mon bureau privé sur la passerelle a un léger problème de décompression pour le moment. Un des projectiles de l'attaquant a frôlé le bouclier de la passerelle. Malheureusement, il en est rentré suffisamment au travers pour percer un trou de la taille de mon poing dans une cloison étanche. Je n'ai jamais vu cela se produire avant."
"Nous croyons savoir qui était l'attaquant", annonça Archer en jetant un coup d'oeil autour de lui dans les quartiers. Ils avaient pénétré dans ce qui semblait être un petit vestibule suivi d'un bureau avec une paire de chaises. Par une porte, il pouvait voir une partie de la chambre, qui comportait une couchette et des coffres.
"Avez-vous pu trouver quelque chose pendant votre chasse?" demanda Shran en s'asseyant derrière le bureau tout en faisant signe à Archer de prendre l'autre chaise.
"C'était un vaisseau Romulien", répondit Archer une fois assis.
Les antennes de Shran tremblèrent. Aucun doute, il se rappelait les tortures qu'il avait endurées quand il avait été kidnappé sur la Base Stellaire Une. Il ne le mentionna pas, cependant. "Les Romuliens étaient responsables de la tentative de destruction de la Base Stellaire Une. Avez-vous la preuve qu'ils sont coupables de cette situation?"
Archer hocha la tête. "Les données que nous avons recueillies quand ils ont disparu prouvent qu'il s'agit de leur technologie de camouflage."
D'autres espèces pourraient aussi utiliser cette technologie", dit Shran. "Nous pourrions juste en ignorer l'existence."
"Oh, allons, Shran!" s'exclama Archer, sa patience mise à rude épreuve. "La coïncidence est trop improbable. Non, nous n'avons pas la preuve ferme qu'il s'agit bien des Romuliens, mais il y a extrêmement peu de risque que ce ne soit pas eux. Nous savons qu'ils veulent déstabiliser l'alliance. Nous devons les arrêter."
Shran regarda fixement et curieusement Archer, puis porta son regard au loin, jouant avec le couteau de mineur décoratif qui se trouvait sur son bureau. Archer se demanda quelle utilisation Shran pourrait bien en faire. Etant donnée l'inclination de l'Andorien pour la violence, il était probablement aussi aiguisé que joli.
Il sursauta quand Shran reposa le couteau et rit. "Ecoutez-nous, peau rose!" fit-il sans la moindre trace de condescendance dans ce terme. "Habituellement vous êtes d'une attention particulièrement prudente, et je suis celui qui est prêt à combattre avant et poser les questions après. Qu'est-ce qui nous arrive?"
Archer sentit son humeur se calmer et se pencha en arrière sur sa chaise pour détailler l'homme assis devant lui. "Les temps ont changé", lui déclara-t-il. "Vous l'avez dit vous-même."
"Votre combat dans l'Etendue pour la survie de votre espèce vous a endurci", répondit Shran. "Oh, pas autant que je l'aurais escompté, mais vous avez néanmoins changé. Je l'ai vu sur la Base Stellaire Une."
"Je n'ai jamais voulu être autre chose qu'un explorateur", dit Archer doucement, devenant morose. "J'aurais voulu voir toutes les merveilles de l'univers."
"C'est un endroit hostile", fit Shran. Il remua, grognant contre son bras qui entravait ses mouvements, et attrapa une bouteille sur une étagère derrière lui.
"Je le savais", répondit Archer. "C'est juste que je ne me suis pas rendu compte à quel point."
"C'est là que les Humains et les Andoriens diffèrent", dit Shran en versant le liquide bleu dans deux verres. "Nous avons toujours su à quel point il était difficile de survivre, et nous avons pris les mesures nécessaires. C'est pourquoi nous sommes une race des guerriers." Il tendit l'un des verres à Archer. Regardant l'Humain dans le blanc des yeux, il déclara avec regret, "mais, comme nous l'avons dit, les temps changent. Nous devons changer avec, compter sur la diplomatie autant que sur la force."
Archer porta son verre à ses lèvres, mais s'arrêta aux paroles de Shran. "Vous n'aimez pas être un diplomate, n'est-ce pas?"
"Vous aimez cela, vous?" répondit l'Andorien.
"Les temps changent", répéta Archer, cette fois avec plus de conviction. "Nous faisons ce que nous avons à faire."
Shran rit doucement et leva son verre pour un toast. "Au guerrier et à l'explorateur, qui sont maintenant des diplomates réticents. Nous remplirons nos devoirs, quels qu'ils soient."
 
*******
 
Tucker observait par-dessus l'épaule de Reed une nouvelle fois le déroulement de l'attaque dans le journal du navire Kreetassien que ce dernier étudiait.
"Le capitaine avait raison", déclara l'officier tactique. "Il y a quelque chose d'incompréhensible dans cette attaque."
Tucker détaillait les informations qui défilaient sur l'écran. "Vous avez remarqué que chaque nouveau projectile lancé contre le cargo avait une force énergétique plus élevée que le précédent?"
"Oui", répondit Reed. "On n'emploie en temps normal pas plus d'énergie qu'il n'est nécessaire pour faire un travail avec des armes à énergie variable. Il n'y a aucun sens à gaspiller la puissance d'un vaisseau. Mais les hausses qu'on observe ici sont aussi petites qu'inutiles à long terme, puisque les Kretassiens ont reçu beaucoup plus de projectiles que nécessaire pour détruire leur cargo."
Les deux hommes continuèrent d'observer les informations de l'écran. Tucker fit une suggestion. "On dirait des chats."
A l'expression embarrassée de Reed, l'ingénieur précisa sa pensée. "Et bien, les chats jouent avec leur proie, n'est-ce pas?"
Reed écarquilla les yeux. "Si c'est la meilleure idée qui vous soit venue..."
"Nan", répondit Tucker. "T'Pol est certaine que c'était des Romuliens. D'un autre côté, nous ne savons pas beaucoup de choses au sujet des Romuliens. Peut-être ont-ils une mentalité féline."
Au regard dégoûté de Reed, Tucker souleva une main. "Désolé, ça doit être la fatigue, nous avons dû réparer tous ces relais qui avaient surchargé." Il se frotta la nuque d'une main. "Je n'avais pas rampé dans les tunnels d'accès aux moteurs depuis que nous étions en période d'essai sur les moteurs de distorsion cinq."
Reed arrêta soudainement le défilement des données sur l'écran et regarda Tucker avec un air stupéfait. "D'une certaine manière, je crois que vous venez de proposer une explication viable pour ces attaques", fit-il.
 
*******
 
Archer et Shran étaient au centre de commandement de l'Entreprise quand deux capitaines Vulcains apparurent. Leurs vaisseaux étaient arrivés depuis peu.
Archer était heureux que Shran l'ait averti que les Vulcains envoyaient quelqu'un. Au lieu d'être ennuyé par leur arrivée, il comptait sur leur venue. Il allait avoir besoin de leur aide, comme Shran, pour attraper le vaisseau Romulien.
Sur l'insistance d'Archer, les capitaines Vulcains étaient venus sur l'Entreprise pour discuter de la situation. Qu'il ait aimé jouer les diplomates ou pas, Archer avait appris que les réunions face à face étaient plus productives que celles par écran interposé. Les Vulcains auraient pu mettre fin à la discussion, mais sortir du centre de commandement nécessitait plus d'effort que de simplement appuyer sur un bouton pour couper une transmission.
Qu'il connaisse l'un des capitaines Vulcains avait étonné Archer au début. Mais à la réflexion, il était logique que le Capitaine Sopek soit affecté au secteur. Sopek avait déjà eu des interactions avec d'autres espèces, y compris les Humains et les Andoriens, et d'après le peu qu'il connaissait de lui, Sopek semblait ouvert à d'autres points de vue que le sien. Il avait été censé ramener T'Pol sur Vulcain quand elle avait été rappelée par le Haut Commandement Vulcain, après l'incident du monastère de P'Jem. Mais il avait laissé Archer lui parler et permis à T'Pol de rester en poste sur l'Entreprise. Le fait qu'elle se soit délibérément mis en travers d'un tir de phaseur destiné à Sopek avait d'ailleurs dû influencer quelque peu sa décision.
"Messieurs", fit Archer à Sopek et à l'autre capitaine Vulcain, V'marn, devant le grand écran où un diagramme du secteur était affiché. "Mon officier tactique a une théorie au sujet des attaques des vaisseaux désarmés de ce secteur."
Il poussa une clef sur le panneau, changeant l'affichage de l'écran en un schéma énergétique de l'attaque contre le cargo Kreetassien. "Comme vous pouvez le voir, les niveaux de puissance croissants pendant l'attaque sont semblables à ce que vous escompteriez voir dans un test. Nous croyons que l'attaquant utilisait le cargo comme cible pour effectuer les essais d'un nouveau type d'arme."
Sopek, le plus petit des deux Vulcains, et apparemment le supérieur hiérarchique, leva un sourcil en regardant fixement l'écran. "Il semble que l'attaque ait été inefficace. Un test pourrait en effet être une explication."
"Mon équipage et moi avons récemment déjoué un plan Romulien qui essayait de tester une arme biologique sur une colonie humaine isolée", continua Archer. "Ceci semble également être un test, mais d'arme d'énergie."
"Mais ce n'est pas logique", déclara V'marn, les yeux sombres fixés sur les informations à l'écran. "Pourquoi effectuer de tels tests ici, où des adversaires potentiels pourraient s'en rendre compte?"
"Je crois..." l'interrompit Archer en jetant un coup d'oeil à Shran qui faisait montre d'une grande maîtrise en tenant sa langue. "Nous croyons que les Romuliens testent un nouveau type d'arme ici dans un autre but. Ils tentent de créer des discordes parmi les membres de l'alliance. Cela semble être une constante dans tous nos rapports avec les Romuliens."
"Tout comme leur tentative de perturber la paix entre Andoriens et Tellarites", ajouta Shran.
Les deux Vulcains tournèrent la tête vers le commandant Andorien. Archer retint son souffle. Les moments à venir détermineraient s'ils pourraient travailler ensemble.
Une autre possibilité me vient à l'esprit", fit Sopek. "Cette route spatiale est employée par des navires de beaucoup d'espèces. Ils pourraient tester leurs armes pour voir comment elles affectent les vaisseaux de diverses races."
Il y eut un silence tandis que chacun réfléchissait aux implications de cette hypothèse. Puis Shran prit la parole, parlant haut ce qu'ils pensaient tous en silence.
"Si c'est le cas, ce pourrait être un prélude à la guerre."
 
******
 
Le vaisseau de V'marn utilisa son rayon tracteur pour remorquer le cargo Kreetassien jusqu'à la Base Stellaire Une pour réparations. Cela laissa les autres, l'Entreprise, le Jhamel et le NiVar , le vaisseau de Sopek, libres de patrouiller sur la route spatiale en formation étendue triangulaire.
Chaque vaisseau se trouvait à un point du triangle, assez loin pour ne pas être repérable par les détecteurs des deux autres, et restait cependant en formation en se déplaçant à une vitesse connue pour que tous sachent où se trouvent les autres. Si un vaisseau rencontrait le navire Romulien, le plan était d'essayer de le rabattre vers les deux autres. Au pire, les deux autres vaisseaux pourraient venir à l'aide au troisième si la confrontation tournait mal.
"Simpliste, mais faisable", avait annoncé Sopek après qu'Archer ait proposé le plan.
Archer n'avait pas su quoi lui répondre. Il s'était attendu à des critiques qui n'étaient pas venues. Il décida de ne pas remettre en cause sa chance.
Shran lui donna matière à réflexion, cependant. Quand l'Andorien avait quitté la salle de réunion pour retourner sur son vaisseau, il l'avait averti. "Faites attention, Archer. Si les Romuliens décident d'attaquer l'un de nous, il y a des chances pour que ce soit vous."
"Pourquoi dites-vous cela?" avait demandé Archer.
L'Andorien lui avait alors lancé un regard plaintif. "Dans cet amalgame de forces, votre vaisseau est le plus vulnérable des trois. Votre vitesse est plus lente, votre armement pas très puissant." La grimace qu'il avait faite fut soulignée d'une antenne tendue. "En outre, les Romuliens ne semblent pas vous aimer."
 
*******
 
Le couloir spatial restait désespérément vide. Trois jours de patrouille en formation n'avait ramené aucun vaisseau Romulien, ni aucun autre navire d'ailleurs. La nouvelle des attaques de cargos désarmés s'était apparemment répandue et le secteur était soigneusement contourné, même si cela signifiait de plus longs voyages.
Archer ne pouvait que supposer que Shran et Sopek éprouvaient la même impression face au manque de résultats, parce qu'il n'avait eu aucune nouvelle d'eux. Ils avaient accepté de maintenir un silence total de communications jusqu'à ce que quelque chose se produise.
Au fur et à mesure que les jours passaient et qu'il se décourageait, Archer se demandait si les Romuliens du vaisseau harceleur jouaient avec eux, informés de la proximité des trois vaisseaux fortement armés. Les Romuliens possédait la technologie de camouflage, après tout, et ils pouvaient aussi bien être là, dehors, à garder un oeil sur n'importe lequel d'entre eux sans même qu'ils le sachent.
Archer en parla avec T'Pol à l'occasion d'un petit-déjeuner dans la salle à manger du Capitaine. "Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'ils nous observent en ce moment même", avait-il dit.
"Peut-être ne souhaitent-ils pas attaquer un vaisseau qui risquerait de les endommager", suggéra T'Pol.
Archer sourit légèrement à ce compliment caché. "Merci."
"Toutefois", continua T'Pol en profitant du silence qui perdurait, "s'ils veulent évaluer l'efficacité de leur armement, attaquer un navire capable de combattre serait un meilleur essai."
Archer reporta son regard sur la vue qui s'étendait par la baie. La nébuleuse violacée était proche. "Je serais prêt à parier que c'est là qu'ils se cachent", dit-il, pensif. "Peut-être ont-ils simplement besoin d'un peu d'encouragement pour sortir et jouer."
Quelques heures plus tard, l'Entreprise était en alerte tactique. Un scan extérieur aurait montré que la stabilité du moteur de distorsion fluctuait et que des surcharges de puissance courraient dans tout le vaisseau.
Sur la passerelle, Archer s'adressa à Sato. "Envoyez l'appel de détresse."
Sato saisit au clavier de sa console la commande correspondante, envoyant un appel général de détresse. Caché dans la transmission se trouvait un message codé à l'intention de Shran et de Sopek, leur décrivant le changement de stratégie d'Archer.
"Travis, ralentissez à mi-impulsion, mais maintenez-nous en mouvement", commanda Archer. "T'Pol, gardez l'oeil sur les bords de la nébuleuse."
Les minutes s'écoulèrent lentement, une heure passa, et Archer se demanda si sa ruse allait fonctionner. Il jeta un coup d'oeil vers T'Pol. Elle secoua la tête. Il se tourna pour interroger Reed derrière à la station tactique, et obtint la même réponse.
De tout le personnel de commandement, Reed avait été le moins enthousiaste à cette idée. Il ne voulait pas montrer le moindre signe de faiblesse, et encore moins une perte de puissance des systèmes vitaux. Tucker avait trouvé une manière de garder le système d'armement de l'Entreprise en ligne, cependant, tout en émettant de fausses signatures. En fait, l'ingénieur avait dit que cela renforcerait l'illusion des fluctuations erratiques de puissance.
Quand l'attente atteignit le point où elle lui porta sur les nerfs, Archer commença à arpenter la passerelle de long en large, scrutant par-dessus l'épaule de Mayweather, montant sur le niveau supérieur pour jeter un coup d'oeil sur la console de T'Pol, et allant jusqu'à la console tactique avant de redescendre pour recommencer son circuit.
"Allons", murmura Archer, regardant fixement l'écran principal derrière Mayweather après un autre de ses allers-retours.
"Capitaine", fit T'Pol de sa station. "Cela va peut-être prendre un certain temps. Vous supposez que le navire camouflé est à portée de détection."
"C'est peut-être égoïste, mais quelque chose dans ce que m'a dit Shran m'incite à penser que j'ai raison."
Il s'interrompit quand un bip sortit de la console de T'Pol. Elle se retourna immédiatement sur sa chaise et se pencha sur son module de visualisation.
"Quelque chose se passe au bord de la nébuleuse", fit-elle, l'attention concentrée sur ce qu'elle observait. "Le plasma est déplacé. Mais il n'y a aucune source apparente de perturbation."
A la hâte, Archer rejoignit son fauteuil de commandement et s'assit. "Vous aviez raison, Malcolm, quand vous disiez que la nébuleuse serait un bon endroit pour se cacher. Ils en sortent, camouflés. Synchronisez-vous sur les détecteurs de T'Pol et visez la perturbation."
Un bref signe d'alarme apparut sur les traits normalement impassibles de T'Pol quand elle se retourna pour faire face au capitaine. "Nous ne sommes pas sûrs qu'il s'agisse de l'attaquant"
"Nous obtenons des données de chargement d'arme!" les coupa Reed.
"Monsieur!" appela Mayweather.
Archer tourna rapidement la tête vers l'écran principal et vit une portion de la bordure de nébuleuse fluctuer. Puis le vaisseau qu'ils avaient cherché pendant de longues journées se matérialisa soudainement pour fondre directement sur eux.
Avant qu'il ne puisse donner l'ordre de tirer, deux salves d'énergie jaillirent du navire Romulien, assénant des coups rudes à la coque supérieure de l'Entreprise. Le vaisseau fut brusquement secoué sous l'impact, des étincelles se répandant de la barre et de plusieurs consoles auxiliaires.
Archer s'accrocha solidement aux accoudoirs de son fauteuil et hurla ses ordres tandis que l'Entreprise se redressait lentement. "Répondez aux tirs!"
Mais il n'y avait aucune indication sur l'écran que l'Entreprise avait fait feu en retour. Archer se contorsionna sur son siège et s'aperçut que Reed était effondré, inconscient, sur sa console.
Le capitaine sauta sur ses pieds tandis qu'un autre coup frappait la coque. Il se précipita jusqu'à la station tactique, poussant le siège dans lequel Reed était inconscient, et prit les commandes de l'armement.
"Je ne peux pas manoeuvrer!" cria Mayweather, ses doigts courant frénétiquement sur sa console. "Les commandes de navigation sont hors service!"
Pendant qu'il vérifiait les données de la console tactique, Archer entendit T'Pol, dans le fond, réclamer l'aide du médecin. Puis il fit abstraction de toutes les distractions et se concentra sur sa tâche. Reed avait polarisé le plaquage de coque avant de se faire assommer et avait déjà verrouillé les armes de l'Entreprise sur l'autre navire. Archer n'eut qu'à pousser les bons boutons. Il les enfonça rapidement et deux rayons d'énergie se précipitèrent sur l'autre vaisseau.
"Aucun dommage au navire Romulien", rapporta T'Pol alors que d'autres faisceaux des canons de phase fendait l'espace en direction de la coque de l'autre vaisseau.
"Hoshi!" appela Archer à travers la passerelle. "Ouvrez un canal avec eux!"
Pendant que Sato s'exécutait, T'Pol annonça ses doutes. "Vous ne croyez quand même pas qu'ils vont parler avec nous alors qu'ils essayent de nous détruire."
"Nous devons savoir qui ils sont", répondit Archer, déversant un autre barrage de feu au moyen des canons de phase. "Nous ne faisons que supposer qu'ils sont Romuliens. Nous devons en être sûrs."
"Même si cela signifie notre propre destruction?" insista T'Pol en s'accrochant au bord de sa console, l'Entreprise bousculée par une autre salve.
"Je n'ai pas l'intention de laisser l'Entreprise se faire détruire. C'est pour cela que le Jhamel et le Ni'Var sont en chemin vers ici."
"Aucune réponse", indiqua Sato quand Archer regarda vers elle. "Je suis sûre qu'ils nous reçoivent, c'est juste qu'ils ne répondent pas."
Les traits d'Archer se durcirent. Il tapa sur les commandes pour lancer une torpille. Il la fit délibérément exploser juste devant l'autre navire. Ignorant le regard fixe et incrédule de T'Pol, il répéta la manoeuvre quelques secondes plus tard. Il s'adressa de nouveau à Sato. "Ouvrez-moi un canal et passez-les moi."
Sato poussa un bouton et hocha la tête à son intention.
"Ici le Capitaine Archer du vaisseau Entreprise de Starfleet. J'exige de connaître la raison de cette attaque non provoquée."
Abruptement, tout feu de l'autre vaisseau cessa. Dans le calme mystérieux qui s'en suivit, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent pour laisser entrer deux aides médicales. Archer leur fit un signe de tête pour leur indiquer Reed, puis regarda T'Pol.
"Ils doivent nous avoir entendus", dit-il. "Il n'y a aucune autre raison pour qu'ils cessent de tirer."
La console de T'Pol émit un signal sonore. "Ils actionnent une arme différente", fit-elle tout en vérifiant sur son visualiseur. "Cela ressemble à une torpille."
"Monsieur!" indiqua Sato brusquement. "Ils nous appellent. En audio seulement."
Archer hocha la tête. "Passez-les sur haut-parleurs."
"Capitaine Archer, nous semblons destinés à nous rencontrer", fit une voix au ton monocorde, faisant se redresser abruptement Sato sur son siège et froncer les sourcils d'Archer.
Archer fit signe à l'officier de couper le canal.
"J'identifie cette voix", dit Sato. "C'est Trannon, l'espion de la délégation de Vulcain que nous avons eue à bord."
"Le niveau de puissance de leur armement monte", objecta T'Pol.
Un regard d'Archer lui indiqua qu'il avait compris son commentaire, et il hocha la tête vers Sato pour qu'elle rouvre le canal.
"Nous savons que les Romuliens sont responsables des attaques contre les navires non armés dans ce secteur, Trannon", fit Archer.
Un rire sonore sortit des haut-parleurs. "Ainsi votre officier des communications n'a pas péri dans la nacelle de distorsion. Aucune importance. Je sais qu'il y a deux autres vaisseaux en chemin pour vous aider. Cela signifie juste que je vais devoir me débarrasser plus vite que prévu de votre constante gêne."
"Pourquoi faites-vous cela?" demanda Archer d'un ton dur.
"Que vous ayez besoin de le demander est une raison suffisante", répondit le Romulien mystérieusement.
"Capitaine!" coupa T'Pol. "Ils ont fait feu."
Archer, lançant deux torpilles afin d'essayer d'intercepter le missile qui approchait, se prit à souhaiter ardemment que Reed ne fut pas incapacité. L'officier tactique était bien meilleur que lui à cette tâche. Mais même pendant que ces pensées monopolisaient son esprit, Archer sut qu'il essayait de nier ce qui était en train de se produire.
Contrairement aux autres attaques, les Romuliens n'allaient pas prendre leur temps pour découper son vaisseau pièce par pièce. L'Entreprise allait être détruit rapidement et certainement sans pitié.
La vue avant sur l'écran montra les deux torpilles de l'Enterprise s'éloigner vers le missile Romulien et le manquer quand ce dernier vira sur le côté. Pendant un instant, Archer pensa que le missile Romulien s'éloignerait d'eux sans les toucher, mais il refit un écart et reprit sa course initiale.
"Accrochez-vous!" hurla Archer en saisissant les prises de la console tactique.
Il prit une profonde inspiration en prévision de l'impact quand la torpille explosa soudainement à quelques encablures seulement de l'Enterprise.
"Qu'est-ce que..." commença à dire Archer avant de s'accrocher à nouveau aux prises de la console quand le vaisseau tournoya sous l'onde de choc de l'explosion.
"Le Jhamel a détruit la torpille", rapporta T'Pol.
Sans avertissement, le dessous du vaisseau de Shran remplit l'écran, le vaisseau volant dangereusement près de l'Entreprise sur une trajectoire directe vers le navire Romulien. Il lâcha un véritable déluge de feu contre le vaisseau Romulien qui sembla pourtant en être à peine affecté.
"Les Romuliens ont accru la force de leur armature", fit T'Pol, analysant les données provenant des détecteurs. "Les armes conventionnelles de phase n'ont plus aucun effet."
"Bong sang, Shran, sortez de mon angle de tir", murmura Archer en réalisant qu'il ne pouvait pas ajouter la puissance de feu de l'Entreprise à celle du Jhamel. L'Andorien avait délibérément placé son vaisseau entre les Romuliens et l'Entreprise. "Travis, pouvez-vous nous déplacer de côté?"
"Par propulseurs d'appoint seulement, Monsieur", répondit immédiatement l'homme de barre. "Je nous décale pour qu'on puisse faire feu sans frapper le Jhamel. T'Pol, savez-vous où se trouve le Ni'Var?"
"Sur détecteurs. Il devrait arriver dans huit minutes et quatorze secondes."
En jetant un coup d'oeil à l'écran, Archer confirma ce que les données de la console tactique lui indiquaient. Mayweather était parvenu à faire se déplacer l'Entreprise, mais à une vitesse à peine perceptible. Son vaisseau virait lentement sur tribord, à l'opposé du point d'arrivée prévue du Ni'Var. Dès qu'ils furent dégagés de la trajectoire du vaisseau de Shran, Archer fit feu aux canons de phase en rafales. Les faisceaux d'énergie heurtèrent le vaisseau Romulien, mais furent absorbés par la coque sans aucun autre effet que de provoquer des tirs de retour.
"Nous sommes appelés par le Jhamel", lança Sato par-dessus le chaos de la passerelle.
"Archer!" fit la voix de Shran par les haut-parleurs alors que la passerelle était de nouveau secoué par le dernier coup. "Que faites-vous? Ils vont découper votre vaisseau en morceaux!"
"Ils vont vous mettre en pièces!" rétorqua Archer en voyant le Jhamel se replacer de lui-même entre l'Enterprise et le vaisseau Romulien.
"Mon vaisseau est mieux protégé."
La réponse de Shran fut brouillée par une décharge statique. Portant son attention sur les commandes de l'armement, Archer manqua le fait que le vaisseau de Shran avait subi un coup contre l'une de ses nacelles. Il jeta un coup d'oeil à temps pour voir les sorties d'échappement rougeoyantes du moteur du Jhamel faiblir.
Shran va être vexé, pensa Archer. Il vient juste de les réparer.
Puis, en ressortant de la zone de protection du croiseur Andorien, l'Entreprise fut de nouveau visé par le navire Romulien, et Archer eut une impression de déjà vu en voyant un autre missile strier l'espace en direction de son vaisseau.
"Manoeuvre d'évasion!" cria-t-il.
Mayweather essayait déjà de manoeuvrer le vaisseau hors de la trajectoire du bolide, mais les éjecteurs étaient trop lents. Il ne faisait aucun doute que ce missile là allait les frapper. Archer déglutit et saisit encore une fois les prises de la console.
L'impact terrible le fit basculer par terre tandis que certains membres d'équipage de la passerelle furent projetés en l'air. Les seuls à ne pas tomber furent Reed, posé à même le sol sur la plate-forme, et les deux aides médicaux qui se tenaient, accroupis au-dessus de lui.
Des gerbes d'étincelles jaillirent des équipements endommagés. L'éclairage clignota plusieurs fois avant de rendre l'âme complètement.
"Eclairage de secours!" commanda Archer en se hissant sur ses pieds.
Un faible éclairage remplaça l'obscurité de la passerelle. Archer entendit quelqu'un gémir du côté de la table tactique.
"Rapport des dommages!"
Il entendit T'Pol émettre un râle puis s'exprimer d'une voix rauque. "Puissance hors service sur les ponts B, C, D et une partie du E, canons de phase hors service... Nous avons perdu les détecteurs... Les rapports de pertes arrivent... Aucun mort."
"Rebranchez l'écran principal!" cria Archer à Sato. "Je veux voir ce qui se passe."
"Salle des machines à passerelle!"
Archer appuya sur le bouton du panneau de communication de la console tactique. "Je vous écoute."
"La moitié de nos systèmes sont grillés", l'informa la voix de Tucker. "Quelle que soit la chose qui nous a frappé, cela a envoyé des décharges dans les réeaux EPS et causé des surcharges partout dans le vaisseau. Bon sang, qu'est-ce que c'était?"
"Quel est l'état des moteurs?" le coupa Archer.
"Nous n'irons nulle part. Au moins pas avant un jour."
Les épaules d'Archer fléchirent. "Donnez-moi ce que vous pouvez dès que vous le pourrez", répondit-il.
Un choc contre son pied lui fit baisser la tête. Reed se débattait pour se débarrasser des liens que les aides médicaux lui posaient pour l'empêcher de se lever.
"S'il vous plaît, Monsieur", fit Reed en se relevant maladroitement, indiquant sa chaise et sa console. "Je peux reprendre mon poste, maintenant."
Archer regarda son officier, incertain. Reed était pâle et avait une large entaille sur son front, mais ses yeux étaient clairs. Il jeta un coup d'oeil à l'un des aides qui se contenta de hausser les bras.
Archer hocha la tête et s'écarta de la station pour laisser la place à Reed. Il s'assit juste au moment où l'écran revint à la vie.
"Vue avant uniquement", l'informa Sato. "C'est le seul angle qui fonctionne encore."
"Bon travail, Hoshi", répondit le Capitaine, bien qu'il n'y ait rien à voir excepté la nébuleuse. "Travis, si nous avons toujours des propulseurs en état de marche, tournez le vaisseau pour que nous puissions voir ce qui se passe."
"Oui, Monsieur."
La scène sur l'écran glissa sur le côté pendant que l'Entreprise tournait lentement. La première chose qu'ils découvrirent fut le vaisseau de Shran, à nouveau en état et faisant feu. Archer grimaça à la vue des marques de brûlures qui zébraient sa coque.
"Monsieur Reed", demanda Archer. "Dès que nous aurons un angle de tir correct, faites feu avec tout ce qui nous reste."
"Les modules de visée semblent ne plus fonctionner, Monsieur, de même que les canons de phase", répondit laconiquement l'officier tactique. "Nous n'avons plus que des torpilles autoguidées."
"Faire du mieux que vous pourrez", fit Archer. Un Reed conscient qui faisait feu manuellement était encore meilleur que quiconque d'autre, et Archer était heureux que l'officier tactique fut de nouveau sur pied.
Quelques moments tendus passèrent pendant que l'Entreprise continuait de tourner sur lui-même à une vitesse ridiculement lente, puis le vaisseau Romulien apparut sur l'écran. Reed fit immédiatement feu avec deux torpilles et Archer observa leur vol sur l'écran. L'une manqua sa cible, l'autre la trouva, frappant le vaisseau Romulien entre deux salves de faisceaux d'énergie du Jhamel. Elle sembla n'avoir aucun effet.
Puis une volée d'explosions secoua le vaisseau Romulien par le dessus.
Le Ni'Var était finalement arrivé. Pendant que le vaisseau Romulien était occupé avec les deux autres, le Ni'Var avait surgi par une approche plus élevée, cherchant à exploiter sa grande vitesse d'arrivée et un nouvel angle d'attaque. Après son attaque initiale, le vaisseau Vulcain continua sa course, remontant au-dessus du vaisseau Romulien puis tournant aussitôt pour refaire un nouveau passage.
"Aidons un peu Sopek", fit Archer en regardant derrière lui Reed. "Essayez de synchroniser nos torpilles pour qu'elles frappent exactement lorsqu'ils referont feu."
Reed était prêt et fit feu au moment approprié. A la satisfaction d'Archer, le vaisseau de Shran se joignit également à cette tactique, libérant toutes ses armes en un seul tir. Tout l'équipage de la passerelle observa le barrage combiné frapper le vaisseau Romulien, qui bascula sur le côté avant de se redresser. Il s'écarta et fit mine de se diriger vers la nébuleuse.
"Hoshi, pouvez-vous avoir Sopek à l'écran?" demanda Archer.
Sato s'activa à sa console puis redressa la tête pour lui faire signe que oui.
"Sopek, essayez de leur couper la route!" cria Archer. "S'ils entrent dans la nébuleuse, nous ne les retrouverons jamais."
Il n'y eut aucune réponse de Sopek, mais sur l'écran, Archer vit le Ni'Var changer de cap pour se précipiter vers le vaisseau Romulien en fuite. Il observa, impatient, jusqu'à ce que les deux vaisseaux soient hors de leur vue.
 
*******
 
Archer se trouvait dans la salle des machines, écoutant un premier rapport des dommages. L'endroit grouillait du maximum de personnel disponible, en train d'effectuer les réparations les plus urgentes, en fait tout ce qui pouvait être réparé.
"Nous allons devoir mettre au point un système afin de protéger les systèmes EPS mieux qu'ils ne le sont", fit Tucker par-dessus le vacarme. "Ce qu'ils ont utilisé a réussi à envoyer des surcharges dans tous les conduits."
"Peut-être que les Andoriens et les Vulcains pourront nous aider sur ce point", proposa Archer. "Leurs vaisseaux ont semblé mieux résister."
Tucker fronça les sourcil dans le doute. "Je suis curieux de savoir ce que c'est", répondit-il.
Archer lui donna une tape amicale sur l'épaule et se dirigea vers l'écoutille. Il s'approcha d'un panneau de communication en entendant quelqu'un l'appeler. "J'écoute", fit-il dans l'appareil.
"Le Commandant Shran vous attend au centre de commandement, et le Capitaine Sopek vous rejoindra dans quelques minutes", fit la voix de T'Pol.
"Sopek est de retour?" demanda Archer, perplexe, plus pour lui que pour T'Pol. "Escortez-le jusqu'au centre de commandement. J'arrive tout de suite."
 
*******
 
"Avez-vous pu retrouver les Romuliens?" demanda Archer à Sopek en entrant dans le centre de commandement.
"Nos détecteurs les ont perdus peu de temps après leur entrée dans la nébuleuse", répondit le Vulcain.
"Vous les avez laissés s'enfuir?" demanda Shran en prenant son vieil air belliqueux. "Vous auriez dû continuer de les chercher!"
Sopek regarda le commandant à la peau bleu droit dans les yeux. "Les Humains ont une citation adéquate, un tien vaut mieux que deux tu l'auras. Il valait mieux que le Ni'Var revienne ici et assiste aux réparations en assurant vos protections au cas où le vaisseau Romulien reviendrait. Pas un de vos vaisseaux n'aurait pu soutenir leur puissance de feu une nouvelle fois."
Les antennes de Shran se courbèrent de mécontentement. Archer se dépêcha de désamorcer la situation qu'il sentait de plus en tendue. "Il marque un point, Shran", fit-il à l'Andorien d'un ton sérieux. "Il a fallu la puissance de feu combinée de nos trois vaisseaux pour chasser les Romuliens."
Shran réfléchit à ces paroles et se calma, inclinant la tête à contrecoeur. "Vous avez encore raison, Archer, de même que le Vul... que le capitaine Sopek. Ensemble, nous sommes plus forts."
Archer porta son regard vers l'écran principal du centre de commandement, où s'affichait un diagramme de la nébuleuse et de la route spatiale. Sopek et Shran se positionnèrent de chaque côté de lui.
"D'une manière ou d'une autre", fit Archer après quelques secondes de silence, "je pense que les Romuliens en ont fini avec ce qu'ils avaient l'intention de faire ici."
Sopek hocha la tête. "Ils ont toutes les raisons de rester à distance", dit-il. "Nous avons confirmé l'identité de l'attaquant, et le fait qu'ils testaient très probablement de nouvelles armes. Demeurer plus longtemps ici serait imprudent."
"C'est le moins qu'on puisse dire", lui accorda Shran. "Ils ont compris quelle erreur c'était que de nous menacer tous ensemble."
"C'est le moins qu'on puisse dire", répondit en écho Archer d'un ton léger, un petit sourire aux lèvres.
Les amiraux de Starfleet ont peut-être envoyé l'Entreprise pour découvrir l'identité des attaquants, mais ils ont gagné beaucoup plus, pensa Archer. Ils ont appris que non seulement différentes espèces pouvaient travailler ensemble pour établir une alliance, mais aussi qu'ils pouvaient travailler ensemble pour en défendre l'idée, et se défendre les uns les autres. Cela ne pouvait être qu'un excellent présage pour le futur.
Fin.
RETOUR HOMEPAGE
(Retour homepage)
Star Trek and all its related marks are trademarks of Paramount Pictures. No Infringement Intended.